Michel Lévy et les éditions Calmann-Lévy

éditions Calmann-Lévy
Partager

Bâtisseur d’un véritable empire, Michel Lévis est aujourd’hui une figure emblématique du monde de l’édition. Il crée en sa maison d’édition Michel lèvy Frère en 1841, c’est à la mort de Michel Lévy que son frère Calmann, née en 1819 reprend la maison d’édition à son compte et la rebaptise Calmann-Lévy. Nous allons voir ensemble l’histoire de Michel Lévy et de sa maison d’édition encore aujourd’hui bien connue.

1. L’enfance de Michel Lévy

Fils de Simon Lévy, né en Alsace en 1821, exporté à Paris en 1826 suite à la crise économique, Michel Lévy se retrouve très vite sur le marché du travail pour aider son père à joindre les deux bouts. À neuf ans, il se retrouve accompagné de son frère Calmann alors âgé de onze ans et de son père, à l’entrée de théâtre pour louer des lunettes et des jumelles et vendre des livrets et des romans à la mode sur les boulevards.

Au début des années 1830 ils attirent toute une foule de petits vendeurs qui rivalisent d’ardeur pour écouler billets, journaux, annonces, livrets et programmes. Michel Lévy se familiarise avec le monde du spectacle, sur lequel il bâtira l’empreinte de sa maison d’édition. À ce moment-là les librairies du palais royal lui confient la vente de leurs journaux, chansons du jour, romans etc.

Il faut noter que les librairies avaient encore à l’époque le rôle de vendeur et de l’éditeur d’ouvrages. C’est courant du XIXe siècle que l’on observe la séparation des métiers du livre.

Le jeune homme se familiarise ainsi facilement avec le commerce de librairie ;

En 1836 son père Simon Lévy, ouvre un petit cabinet de lecture dans le 2e arrondissement de Paris. Cette activité passionne Michel Lévy qui suivra la trace de son père et ouvrira sa propre maison d’édition en 1841 alors âgée de 21 ans. 

2. La librairie Michel Frères

La librairie Michel Frères (nom d’où la consonance juive a volontairement été effacée) se situe entre le passage du Grand Cerf, à deux pas de la rue Marie-Stuart et de la rue Vivienne. Cette librairie est spécialisée dans le théâtre contemporain.

Le premier livre édité se nomme « Giselle » de l’auteur Théophile Gauthier. Très vite Michel Lévy s’associe avec Sarah Jones, un éditeur ami de la famille. La maison d’édition appelée « la libraire de l’Opéra » se situe à côté de l’Opéra et est spécialisée dans l’édition des livrets d’opéra, d’opéra-comique et de ballets. Grâce à cette association, Michel Lévy fait carton plein :  il couvre les quartiers les plus passants de la capitale, diminue fortement ses coûts tout en enrichissant son catalogue et en élargissant sa clientèle. Michel Lévy conclut ainsi plusieurs accords ponctuels de coédition. De cette manière, la librairie Michel Frères se fait une place dans l’édition de livrets et de pièces de théâtre.

3. Les romans-feuilletons

Michel Lévy se renseigne chaque jour des tendances de lecture des parisiens. Il s’aperçoit rapidement que les Parisiens lisent de plus en plus et s’intéressent énormément aux romans-feuilletons. Émile Girardin en a d’ailleurs fait une de ses spécialités dans « la presse ».

Dans les années 1840, Michel Lévy décide alors d’élargir sa ligne éditoriale et de se lancer dans l’édition des récits de prison. Il devient alors éditeur de romans, de faits divers et de récits de mœurs. Ambitieux, Michel Lèvy n’hésite pas à aller à la rencontre des auteurs et écrivains.  « Actif, remuant, visant toujours en haut, ne se décourageant jamais, revenant à la charge sans s’émouvoir des rebuffades, il se mit dès cette époque à harceler les écrivains célèbres, leur demandant des miettes de leur talent », dira de lui Adrien Marx

4. L’édition moderne de la librairie Michel et Frères

Très vite la librairie Michel et Frères va éditer les pièces de théâtre les plus importantes du XIXe et devient une référence en la matière. De plus, elle compte des grands noms dans son catalogue, tel que : Dumas, Balzac, Lamartine etc.

En 1846 la librairie Miche let Frères développe sa propre collection : « la bibliothèque dramatique », puis une « bibliothèque littéraire ».

Michel Lévy invente L’édition moderne. Contrairement aux librairies-éditeurs traditionnelles, Michel Lévy s’intéresse aux lecteurs et à leurs goûts. Il propose des collections complètes. Il exporte ses collections à travers l’Europe. Même si la librairie Michel et Frères bouscule le monde de l’édition, elle reste derrière le géant Hachette.  L’édition Michel et Frères reste cependant pionnier dans la mise en place de contrats d’exclusivité.

5. La collection « Michel Lévy »

La collection Michel Lévy représente l’innovation majeure de la librairie Michel et Frères. C’est une collection qui regroupe un choix des meilleurs ouvrages contemporains et est proposée en taille réduite : moins de 14 cm de haut et vendus à 1 franc l’exemplaire ! Cette collection révolutionne le prix du livre et annonce l’arrivée du livre de poche en 1953. Son succès est tel qu’elle attire des auteurs prestigieux comme Sand, Nerval, Renan, Flaubert ou Victor Hugo.

Ainsi Michel Lévy a su se construire un empire avec la libraire Michel et Frères. Il possède également plusieurs entrepôts de stockage dans Paris. En 1868 il déménage son siège social dans le quartier Opéra. Quartier où peut d’éditeurs ont osé parier mais qui est l’un des plus dynamique de Paris.

6. Les éditions Calmann-Lévy

Michel Lévy vivra une vie aisée jusqu’à sa disparition en 1875 suite à une crise cardiaque foudroyante. C’est alors que son frère Calmann reprendra l’édition et lui donnera son nom « les éditions Calmann-Lévy ». La maison d’édition restera indépendante jusqu’en 1993 date de son rachat par son concurrent historique Hachette.

Si vous souhaitez plus d’informations sur le groupe Hachette et savoir comment y envoyer un manuscrit, rendez-vous ici.


Partager