Aller au contenu

Histoire de Fifi Brindacier, ses secrets d’édition

Partager

Connaissez-vous l'histoire de Fifi Brindacier?

Astrid Lindgren a créé en 1941 le personnage de Fifi Brindacier pour sa fille Karin. Karin souffrait d’une inflammation pulmonaire, et qui adorait écouter les histoires racontées par sa mère. Lindgren a donc inventé des histoires à propos d’une fille « tout-sauf-sainte » avec une « énergie sans limite».

Mais alors comment cette histoire s’est-elle fait connaitre au grand public ?

Une histoire pour la famille

Petite fille, Karin s’identifiait à Annika et Tommy, plutôt qu’à Fifi. Fifi semblait avoir une personnalité très différente de la sienne. Fifi Brindacier est devenue célèbre dans la maison, les cousins et les amis de Karin aimaient suivre ses aventures. C’est en 1944, en se remettant d’une cheville foulée, que Lindgren a écrit les histoires de Fifi Brindacier. Une copie de la version finale du manuscrit a été transformée en un livre fait maison et a été offerte à Karin le 21 mai, en même temps qu’une autre était envoyée chez l’éditeur Bonnier Förlag, où elle a été rejetée en septembre pour être « trop avancée ».

Un personnage critiqué

Ce personnage hors du commun a contribué à lutter contre les représentations stéréotypées et sexistes des enfants dans les livres pour la jeunesse. Quand le premier tome de sa trilogie est publié, en novembre 1945, il connaît un succès quasi immédiat en Suède puis en Europe. Et ne tarde pas à diviser : pro et anti-« Pippi » débattent dans la presse. 

Le livre est critiqué sur la forme comme sur le fond. Pour les anti, l’héroïne anti-autoritariste, qui remet en question la puissance des adultes tout en célébrant l’indépendance des enfants, présente un danger pour la jeune génération.

Certains assurent néanmoins que l’ouvrage, adoré par les enfants, peut avoir des vertus thérapeutiques dans une Europe meurtrie par la guerre : Fifi ne fuit pas le réel, elle le transforme par la force de l’imaginaire. 

En 1951, les petits Français découvrent eux une édition traduite dont le sens a été complètement dénaturé. Le personnage transgressif a été adouci. Sa critique des institutions gommée. Une chercheuse qui publiera plus tard une étude comparative écrit que Fifi, dans sa version française, est « une anarchiste en camisole de force ». Peu de rééditions paraîtront jusqu’à la nouvelle traduction de 1995.

A présent vous connaissez les secrets de l’histoire de Fifi Brindacier, de Astrid Lindgren.


Partager