Aller au contenu

Comment se faire éditer en France ?

Comment se faire editer en France rev
Partager

Guide des éditeurs français

Comment se faire éditer et trouver un éditeur dans un marché du livre fermé ?

En effet, les éditeurs reçoivent énormément de manuscrits pour peu de places à offrir dans leurs maisons. Si pendant longtemps il était quasiment impossible pour un nouvel auteur de donner une chance à son texte, il existe depuis les années 2000 deux alternatives à l’édition classique. Voyons ensemble comment se faire éditer en France.

1- Se faire éditer grâce à l'édition classique, comment ça fonctionne ?

Un éditeur traditionnel, dès lors qu’il sélectionne un manuscrit pour le publier, accepte de prendre tous les frais d’édition à sa charge. Afin de devenir propriétaire de l’œuvre pour la modifier à sa guise, il achète les droits à l’auteur en lui versant un « à-valoir ». Ensuite, l’auteur est rémunéré entre 3% et 7% sur les ventes réalisées par le distributeur, rôle assuré majoritairement par Hachette Distribution. Ces maisons d’édition ont malheureusement fermé leur comité pour la plupart, et celles qui prennent encore de nouveaux auteurs ne sélectionnent que trois manuscrits par an, sur plus de 5000 réceptionnés.

 

Quelques éditeurs classiques : Gallimard, Flammarion, Acte sud, Albin Michel etc.

2- Se faire éditer grâce à l’autoédition, ou « édition à compte d’auteur »

Dans le cadre d’une autoédition, il sera demandé à l’auteur de financer la maquette et l’impression de l’ouvrage. Si cela peut être, au départ, intéressant financièrement (certaines maisons ne demandant que très peu d’investissement), les bénéfices par la suite sont quasi-inexistants. En effet, sans distributeur le livre n’est pas disponible sur le marché – il est uniquement imprimé – et sans promotion il ne fera jamais parler de lui. Ces éditeurs, ou plutôt « prestataires », ne pratiquent aucune sélection et sont prêts à publier tous les textes qu’ils réceptionnent.

 

Quelques maisons proposant l’autoédition : Sydney Laurent, Édilivre, Publibook, La société des écrivains, Les Éditions du Net, etc.

3- Se faire éditer grâce à la coédition, ou « édition participative »

Il y a une quinzaine d’années, certaines maisons d’édition ont souhaité combler le fossé existant entre les deux modes d’édition cités plus haut, en proposant un fonctionnement participatif, à mi-chemin entre l’autoédition et l’édition classique.

Ces maisons agissent comme un éditeur traditionnel, en réalisant les mêmes prestations : corrections, mise en page, création de la couverture, impression, distribution dans tous les points de ventes de la francophonie via Hachette, disponibilité de l’ouvrage sur les principales plateformes de ventes en ligne, promotion et communication auprès des médias.

Pour ce faire, l’auteur est invité à investir financièrement, avec l’éditeur, dans la publication de son ouvrage. Afin d’éviter de trop gros risques, l’éditeur publie en moyenne une vingtaine de titres par mois, sélectionnés avec soins parmi plus de trois cents manuscrits réceptionnés.

Quelques éditeurs participatifs : Les Éditions Baudelaire, Panthéon, Vérone Éditions, L’Harmattan, Persée, Les Trois Colonnes, etc.


Partager